Positive Mai

Prête pour le changement

May 3, 2016
by Hoang-Mai
0 comments

Le plus beau cadeau à mes enfants

Vous voulez que je vous dise quel est le plus beau cadeau à mes enfants?

Le jour où je suis devenue jeune maman, j’étais assez paniquée j’avoue. Avant même que mon bébé naisse, je stressais de savoir si j’allais savoir m’en occuper et qu’est-ce que j’allais faire si mon enfant avait des difficultés d’apprentissage?

Finalement, comme tout le monde, j’ai appris en marchant et même si ce n’était pas toujours glorieux, on s’en sort toujours tant qu’on les aime.

J’ai le souvenir d’avoir acheté un carnet pour noter des anecdotes et décrire la vie de mon bébé. L’idée m’en était venue parce que j’avais une grande sœur qui de temps en temps me racontait une histoire drôle concernant mon neveu qui avait 3 ans de plus que ma fille et je trouvais toujours ces histoires tellement hilarantes que je me disais qu’il ne fallait pas que ça tombe en oubli.

J’ai donc écrit 4 carnets de notes pour chacun de mes enfants avec des dessins, des histoires rigolotes, des réflexions. Aujourd’hui, nous éclatons collectivement de rire en relisant les histoires ensemble dans des moments de tendresse et de complicité partagée. J’ai également écrit un message dans l’éventualité où je devais disparaître prématurément. J’ai eu cette idée car une cousine de mon mari avait perdu sa maman à l’âge de 3 ans et en avait beaucoup souffert.

Alors que je lisais hier soir une journée de leur enfance (23 mois), j’ai été frappée par une phrase : “Ah si nos enfants ne sont pas meilleurs que les autres en physique, ça serait étonnant vu le nombre d’expériences qu’il auront pu faire”. De même, j’ai regardé une vidéo de ma grande fille à l’âge de 18 mois avec elle récemment (elle a 14 ans aujourd’hui). On la voit jouer avec l’eau qui coule du lavabo de la salle de bain, et j’essaie d’éteindre le lavabo pour ne pas gâcher, mais elle pleure à chaudes larmes, alors je rallume l’eau et elle, toute contente, recommence à expérimenter, debout en équilibre précaire sur la poubelle en plastique. Devant autant de patience, ma grande fille n’a pu s’empêcher de me serrer dans ses bras en me disant : “tu es vraiment la meilleure des mamans”.

Et oui! Après tant d’années de conflits, tant d’années à s’arracher les cheveux et à friser la guerre au domicile, le bout du tunnel est arrivé par un beau jour de printemps 2014 où notre aînée nous a dit : “j’ai grandi”. Et du jour au lendemain, les doutes et les peurs à son sujet se sont envolés (genre on avait peur qu’elle devienne grand criminel ou militant extrémiste).

Alors le plus beau cadeau à mes enfants, c’est certainement de leur avoir fait confiance pour savoir ce qui était bon pour eux, de ne pas préjuger du fait que je saurais mieux qu’eux, de les laisser libres de faire leurs expériences, de leur apprendre le respect de l’environnement, des autres et de soi-même, avec persévérance et patience.

Aujourd’hui, c’est eux qui m’apprennent. Et ça c’est le plus beau cadeau que mes enfants peuvent me faire.

Voici le livre que mon aînée veut me faire lire depuis des mois : hier soir, je l’ai enfin lu et j’ai ressenti la plus grande gratitude à son égard pour m’avoir partagé ce qu’elle aime.

Nouvelles Re-vertes

April 12, 2016
by Hoang-Mai
0 comments

Une école démocratique pour mes enfants?

Depuis que nous avons vu Être et Devenir, nous voulons faire à nouveau une année d’école à la maison.

Plus que ça, c’est tout mon projet d’éducation et mon projet de vie que je mets au clair. Voyez sur le site suivant :

Apprendre à débattre, apprendre à réfléchir

Quand je lis ce qu’il y a sur le site, je me dis que j’ai élevé mes enfants comme ça quand j’étais en congé parental. Je n’avais pas d’idée préconçue sur ce qu’une maman doit faire ni ce qu’un enfant doit faire. J’avais envie de les laisser grandir et j’avais envie de les observer. Ma mère horrifiée me disait de les cadrer plus, de les forcer à manger, ma belle-mère m’a offert “Tout se joue avant 6 ans”, mon beau-père m’a dit de leur mettre quelques raclées de plus (ce que j’ai essayé puis abandonné). Et puis il y avait mon père qui est comme moi. Mon père qui m’a laissé grandir pendant qu’il dormait (il travaillait en horaires décalés), mon père qui m’a laissé faire mes expériences (du moment que je ne me tue pas), mon père qui m’a accompagné de loin d’une façon bienveillante et m’a responsabilisé en me laissant cette liberté qui m’est si chère aujourd’hui.

Quand je vois mes enfants aujourd’hui, je me dis que nous avons fait le bon choix. Pendant longtemps j’avais peur, et puis la peur est partie d’un coup. Lorsque je me suis acceptée avec mes défauts et mes qualités, je leur ai permis d’être eux-mêmes avec leurs défauts et leurs qualités. Peut-être que ça aide d’avoir un père qui a 40 ans de plus, parce qu’il a déjà eu le temps de s’accepter soi-même quand il vous élève?

March 22, 2016
by Hoang-Mai
2 Comments

Je suis zen moi?

Alors que ma formation “Master Key Experience” se termine le weekend prochain, j’ai encore eu une révélation ce matin: je suis zen.

Alors que depuis 14 ans, je me bats contre cette nervosité intérieure, ce stress qui me vient de ma mère, de mon père, de mes propres peurs de perdre mes enfants et j’en passe, j’ai eu un “n”ième déclic.

Alors qu’il y a 15 ans, mes collègues d’Accenture et de Carrefour me disaient qu’il fallait que je me calme parce que sinon, mon futur bébé serait un gros excité du citron (no wonder!), c’est véritablement aujourd’hui que je suis calmée.

Pendant des années j’ai cru que ma nervosité intérieure avait des causes exogènes : boulot, café, thé, désordre ambiant, attitude des enfants, bruit, événements de la vie, etc. Et d’un coup, ce matin, après avoir rangé la maison, après avoir couru à droite et à gauche comme toute maman de famille nombreuse, je me suis enfin posée pour faire mon plan d’action de la journée et attaquer le Master Key.

J’ai retrouvé ma cohérence cardiaque en même temps que je lisais le chapitre d’Og Mandino sur “aujourd’hui, je suis maître de mes émotions”. Et alors que je luttais contre les pensées parasites (le “Lalala land” comme l’appelle Jana Martinez dans son webinar sur la lecture rapide), j’ai progressivement fait le vide, y compris le vide dans ce que j’étais en train de lire.

Dans le silence de ma tête, j’ai senti que quelque chose d’important se révélait à moi.

Puis soudainement, mon regard s’est porté successivement sur des bambous de mon jardin, mon gong, mon violon. Je me suis soudainement levé et j’ai joué avec le gros gong que j’avais ramené du Vietnam. J’ai tapé un coup léger et j’ai savouré ce son intemporel qui se propage dans la pièce. Un régal.

J’ai ensuite admiré les feuillages des bambous qui se balancent gracieusement par la fenêtre et leur ombre que le soleil projette sur la saleté de notre baie vitrée. Ça fait comme un jeu d’ombres chinoises. Idem sur le carrelage du salon. J’ai comme une danse de feuilles dans les rayons du soleil. C’est magnifique et je peux l’apprécier au milieu du millier de petites choses qui m’ont “importunée” depuis que je me suis levée.

Je suis zen moi? Oui je suis zen!

Il y a quelques années, des collègues m’avaient dit qu’ils étaient persuadés que j’étais super zen. Je leur avais répondu que ce n’était qu’artificiel. C’était pour survivre, car avec 4 enfants, j’avais dû “apprendre à être comme ça” pour ne pas mourir d’une crise cardiaque.

Désormais, et d’une, je n’ai plus peur de mourir, et de deux, je sais pourquoi j’ai envie de vivre, et de trois j’ai vraiment changé de l’intérieur.

Devant ce changement qui s’opère, j’ai quelques personnes qui m’ont fait part de leur peur que je change trop, que je me “perde” ou que je perde ce qui faisait mon charme à leur yeux. Mais finalement, maintenant que j’ai traversé 6 mois de Master Key Experience, je constate que les personnes en question sont bien rassurées sur le fait que je suis toujours moi-même : toujours aussi brut de décoffrage, toujours aussi spontanée, toujours aussi curieuse, toujours aussi rationnelle et les pieds sur terre. En revanche, j’ai dû profondément changer de l’intérieur des parties de circuit pré-imprimé comme : ne plus être quelqu’un avec des préjugés, quelqu’un d’intolérant, quelqu’un de colérique, quelqu’un de pessimiste, quelqu’un de fataliste. Comment voulez-vous être en harmonie avec vous-même en étant comme ça?

Maintenant, je suis zen et je suis moi.

Maimai1

March 10, 2016
by Hoang-Mai
0 comments

Quelles sont mes forces?

Je suis allée à une formation Scholavie hier sur les forces. Quelles sont mes forces? Bizarrement, c’est la question à laquelle je n’ai pas su répondre lors de mon oral du certificat d’administrateur. Je vois une coach dans le cadre de cette formation certifiante qui m’aide à reformuler et prendre conscience de ce que j’apporte aux autres dans le cadre de mes mandats d’administrateur.

Grâce au jeu des cartes des forces développé par Positran, j’ai pu me rendre compte que mes forces sont : action, intelligence sociale et amélioration. Alors que j’expliquais aux autres du groupe de travail pourquoi j’avais choisi ces forces, je me rendais compte à quel point des choses qui me paraissent évidentes ou amusantes, utiles et sans effort ne le sont pas du tout pour d’autres. Et inversement! Et j’étais étonnée que d’autres pensent à des forces pour moi comme sagesse ou authenticité. Je vous recommande chaudement ce jeu qui est un “eye opener” et permet de se rendre compte de choses importantes et essentielles sur soi.

Si vous voulez faire un test gratuit, vous pouvez aller là sur VIA STRENGTHS . Après ce questionnaire, le résultat m’a autant étonné que lorsque la coach de Sciences Po me reformule des choses que je fais déjà mais dont je ne mesure absolument pas l’impact que cela peut avoir sur les autres ou le bénéfice que cela apporte à la société. Le questionnaire VIA me disait : vous avez de l’espoir, êtes optimiste et avez une bonne anticipation du futur. Ma deuxième force était courage et vaillance. Ensuite maîtrise de moi et auto-régulation puis créativité, ingéniosité et originalité. Les bras m’en sont tombés.

Quelles sont mes forces aujourd’hui ? Et bien c’est vrai tout ce qu’a dit le questionnaire. Quand je lis ces forces, je peux les confirmer et les expliquer très facilement. En tout cas, je me rends compte que je suis devenue ça. Même si je n’étais pas comme ça il y a quelques années. Il y a eu un revirement de position, un peu comme Churchill qui dit : “Il n’y a aucun mal à changer si c’est dans la bonne direction” (There is nothing wrong in change, if it is in the right direction). J’ai une bonne amie qui m’a dit récemment : “mais faire l’école à la maison, c’est être un peu bizarre, non?”. “Parce que tu ne savais pas que Pierre et moi on était un peu bizarre?” lui ai-je répondu avec un grand sourire… Et bien oui, si être “normal” ne nous satisfait pas et qu’on trouve ça même nocif de faire comme la majorité, et bien il ne tient qu’à nous d’aller vers le monde qu’on veut. Après avoir vu le film “Demain”, je me suis dit en sortant : il était vraiment temps que je démissionne de mon ancien travail.

A la question “Es-tu normal?”, Pierre m’avait répondu il y a 17 ans lors de nos premiers rendez-vous amoureux : “Oui, je suis normal supérieur”, parce qu’il avait fait l’ENS (Ecole Normale Supérieure). J’avais bien rigolé et j’étais rassurée car je ne voulais pas me marier avec un fou. Mais finalement, 17 ans après, j’ai enfin compris que ce n’était pas seulement une blague sur ses études, mais vraiment la réalité de ce qu’il est et de ce que je suis aussi en train de devenir. Vouloir que le maximum de personnes soit bien dans ses baskets, et respecter les différences et les choix de chacun, mais continuer son propre chemin, c’est être normal supérieur.

“Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne par la gorge”. Sir Winston Churchill.

January 29, 2016
by Hoang-Mai
0 comments

Bienvenue chez Positive Mai!

Positive Mai jour zéro.

A partir d’aujourd’hui, Hoàng-Mai vit avec un nouveau circuit imprimé. Après un petit passage en atelier, j’ai décidé de changer des parties de mon circuit. Mon nouveau monde est fait de partage, de découvertes, d’expériences, de réflexions… Car comme a écrit Leonard de Vinci : “Qui réfléchit peu se trompe beaucoup”.

Après avoir eu le sentiment de beaucoup me tromper, j’ai pris 6 mois de ma vie pour me poser les vraies questions, et j’ai trouvé sur mon chemin la “Master Key Master Mind Alliance”. C’est un MOOC (=Massive Open Online Course) de psychologie positive appliquée dont le prof, Mark Januszewski, est américain.

J’ai au cours de cette formation changé ma façon (autrefois assez négative) de percevoir les choses (un peu à l’image du JT de 20h) et j’ai appris à me changer de l’intérieur pour le meilleur. Avec des outils d’une simplicité redoutable et un peu de discipline personnelle, je renais de mes cendres tel le phénix.

Vous pouvez suivre mon expérience Master Key dans l’onglet Master Key.

« Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. » Gandhi

Citation Gandhi