Positive Mai

Prête pour le changement

Le burn-out, la nouvelle maladie contagieuse

| 0 comments

Je viens de recevoir un email d’une chef de projet partant en burn-out. Je lutte pour que mon mari ne sombre pas comme je l’ai fait en janvier 2015 au moment des attentats de Charlie Hebdo dans l’épuisement nerveux et physique. Le burn-out serait-il la nouvelle maladie contagieuse?

Nos modes d’organisation nous mettent de plus en plus en mode “gestion de projet”, et lorsqu’on est pris sur plusieurs projets en même temps, c’est à la fois passionnant mais épuisant. A vivre 99 vies, on n’en vit aucune. C’est bien le danger qui nous guette, nous, génération X-Y-Z. Danger contre lequel j’essayais de mettre en garde ma fille aînée lors d’une discussion au petit-déjeuner ce matin.

Je lui ai suggéré, selon le modèle MKMMA, d’écrire (avec des jolies phrases positives, au présent et pleines de sentiments positifs) ses objectifs et de se limiter à 400 mots. “Si ça ne rentre pas dans les 400 mots, tu mets en attente et tu te concentres sur ce qui rentre dans les premiers 400 mots.”

Et oui, car en ce qui me concerne, je n’ai réalisé “que” 3 choses de ma liste en 9 mois. C’est le marathon et non pas un sprint. Les objectifs demandent une énergie conséquente tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes de la journée. Et comme on nous a fait remarquer lors de ma formation MKMMA, il n’y a que 86400 secondes dans la journée, alors réfléchis bien à comment tu veux les utiliser.

Tout ce que tu auras réfléchi AVANT, c’est du temps de gagné pour après. Ô combien je suis d’accord aujourd’hui avec cette phrase que Mark (celui qui a lancé la formation MKMMA et qui habite Kauai) lance avant le début de la formation. Et oui, lorsque j’avais lu “Les décisions absurdes II” de Christian Morel, j’étais proche de l’épuisement, et mon cerveau a pris une grande claque à l’ouverture du livre quand sur la première page , j’ai lu la citation de Leonard de Vinci : “Qui réfléchit peu se trompe beaucoup”.

Apprendre à se poser, prendre des pauses et se poser les bonnes questions, c’est ce qu’il faudrait faire pour éviter le burn-out. Le remède contre cette maladie est là, juste là. Le chemin de la moindre résistance à notre moi intérieur. “The path of the least resistance to our inner self”.

 

Share Button

Leave a Reply

Required fields are marked *.


CommentLuv badge