Positive Mai

Prête pour le changement

Exemple d’apprentissage autonome : la pêche

| 3 Comments

Souvent, la première question que les gens me posent lorsque je dis que mes enfants font l’école à la maison, c’est : “Et c’est toi qui leur enseigne?”.

C’est toujours déconcertant lorsque je leur réponds : “ils apprennent tout seul”. Nous avons été tellement formatés à apprendre dans le cadre de l’école, du collège puis du lycée que la possibilité d’apprendre par nous-même est une possibilité qui semble relever de l’utopie. Mais avec l’ère de l’internet, l’apprentissage autonome redevient naturel pour qui sait chercher.

Grâce aux contributions de millions d’individus, le savoir se diffuse et les réseaux se créent : la mise en relation entre quelqu’un qui veut transmettre et quelqu’un qui veut apprendre se fait beaucoup plus facilement.

Exemple avec la pêche. J’ai grandi à Grigny sans internet, face à des consoles de jeu et mes amis jouaient au basket. Personne dans mon entourage ne m’a jamais sensibilisé à la pêche et la seule fois où j’ai été intéressée par pêcher (en vacances en Espagne), j’ai vite été rebutée à l’idée de devoir enfiler l’appât le long du hameçon et de possiblement devoir attendre des heures avant qu’un poisson ne morde.

Bon, alors vous avez un enfant qui vous dit : “j’aimerais bien pêcher”. Et puis bon, il vous le répète plusieurs fois sur une durée suffisamment longue pour que vous lui montriez un jour comment chercher sur internet “comment fabriquer sa canne à pêche en bambou”. Ensuite, de fil en aiguille, vous découvrez où pêcher près de chez vous, qu’une canne à pêche télescopique “my first fish” de chez Decathlon ne coûte que 5€ (oui parce que trimbaler la canne de bambou de 5 mètres de long dans votre voiture ou à vélo, ça va être balaise), que la carte de pêche pour les enfants de moins de 12 ans coûte 5€, qu’on peut utiliser des vers de terre du jardin comme appât et que, grâce à internet, vous réussissez à rencontrer le garde de pêche qui va non seulement apprendre à votre enfant comment attacher le hameçon, comment utiliser un dégorgeoir pour ne pas perdre le hameçon et pouvoir relâcher le poisson, comment lancer son fil en toute sécurité, comment prendre soin de sa canne à pêche, et quels poissons relâcher ou tuer en fonction de l’état de la population aquatique des Ulis.

Bref, votre enfant est tout content de partir à vélo pêcher et de rester des heures au bord de l’eau, et puis en plus, il a eu un “cours” sur la biodiversité de l’environnement et les poissons et les règles de sécurité.

peche

Ma fille n’arrête pas de me répéter que la vie est belle. Les journées se suivent et ne se ressemblent pas. Tout d’un coup, le temps est devenu plus plein et plus palpable.

Share Button

3 Comments

  1. L’exemple est intéressant et plutôt convaincant. Je reste cependant sur une impression qui me dit “où est le loup ?” comme chaque fois que je me trouve devant une manière de faire en décalage avec la norme et surtout avec l’idée que ce ne sont pas quelques enfants mais des millions qui sont dans nos écoles. Cela dit, éduquer différemment a produit de grandes réussites (le récit par François Gabart de son année passée en mer avec ses parents en est une illustration).

    • Moi ce qui m’interpelle, c’est que près de 2 millions de jeunes sont actuellement sans diplôme, sans formation et sans emploi, les 15 à 24 ans sont les plus touchés par le chômage (23,4% en 2014). Ce taux augmente de façon continue. En 35 ans il a été multiplié par deux. Près d’un jeune actif sur quatre est actuellement au chômage, trois ans après la sortie du système scolaire, un jeune sur cinq est encore à la recherche d’un emploi, un jeune sur trois est surqualifié pour son emploi, un jeune sur cinq vit sous le seuil de pauvreté.
      Pourtant, l’éducation nationale éduque 12 millions d’élèves tous les ans avec la même méthode. Pourquoi notre pays est si grand consommateur d’anxiolytiques? Pourquoi les phobies scolaires se multiplient? Ne pourrait-on enseigner les compétences de bien-être et de résilience à l’école? La compétence du vivre-ensemble? (Je prêche pour ma paroisse Scholavie là!).
      Hoang-Mai recently posted…Exemple d’apprentissage autonome : la pêcheMy Profile

    • C’est marrant parce qu’il a été prouvé (et il suffit de faire le test avec nos gosses pour le confirmer) qu’il suffit d’ENSEIGNER à un gosse comment fonctionne un truc (genre un jouet) pour que ca ne l’intéresse plus.
      Alors que si on le laisse se dépatouiller et découvrir tout seul comment se servir du machin, non seulement ca va l’intéresser de le tourner dans tous les sens pour chercher, non seulement il va finir par trouver comment s’en servir, mais il va aussi souvent trouver des usages auxquels on n’aurait pas pensé, où qu’on ignorait.

      Mais à part ca, y’a forcément un loup quand on parle d’enfants qui apprennent de façon autonome et non à l’école…
      Et si on leur faisait un peu CONFIANCE, pour changer ?

Leave a Reply

Required fields are marked *.


CommentLuv badge